Derniers commentaires

Merci pour ton témoignage
Vas surtout ...

01/06/2014 @ 04:21:02
par Admin


Bonjour,je suis reconnue fibromialgique depuis 3 ...

14/04/2014 @ 13:55:18
par Decamps Bérengère


bonjour,

12/10/2012 @ 16:51:45
par Dupré


Bjr. Je suis très peinée et ...

03/08/2012 @ 09:30:46
par PTITEMUMU


Bonjour Un neurotoxique et cytotoxique ...

19/05/2012 @ 10:04:42
par Guidez Chantal


Calendrier

Septembre 2013
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Sep 2017> >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
Affichage des articles postés en: Septembre 2013

03 Sep 2013 

liens désintoxication aux métaux lourds

forum Maladies Environnementales, Les Options: Detoxification Immunité Energétique
mélodie

la Chlorella
"En fait il n'y en a pas car la certification "Bio" pour les micro algues n'existe pas, donc aucune production ne peut prétendre à ce label officiel.
Toutefois sur le marché, toutes les Chlorelle ne se valent pas : il y a beaucoup de différences de pureté.
La pureté concerne la présence de métaux lourds (arsenic, mercure, plomb, Cadmium ...) ou encore la présence dans la Chlorella de toxines telles que des microcystines qui sont produites par des algues bleues lorsqu'elles sont associées à la Chlorella. la consommation de telles algues polluées provoquent des effets secondaires indésirables.
Il convient de s'assurer de la composition de l'algue chlorella avant de l'acheter et de la consommer.
Il faut privilégier la Chlorelle issue de la culture en tubes de verre qui permet un contrôle total des "entrants" donc la garantie de la qualité des produits "sortants".
Pour plus d'information sur la chlorelle echlorial cultivée en Allemagne
ous tubes de verre ! elle n'est pas présentée comme étant une Chlorella bio pourtant elle est reconnue comme étant la plus pure du marché."

DANGER DE LA CHLORELLA SUR LA SANTE POUR LES MALADES INTOXIQUES AUX METAUX LOURDS
À un détail près, c'est que in vitro, ou dans le milieu où elle pousse, cette algue a la propriété d'adsorber, c'est-à- dire de retenir dans sa paroi cellulaire composée de chitine et de cellulose, les métaux lourds et tous les toxiques qui entrent en contact avec elle, avant même d'être récoltée. 

Le site de Françoise Cambayrac
03 Sep 2013 

Plombage dentaire ou amalgame au mercure mauvais pour la santé


Le plombage dentaire dangereux pour la santé par BFMTV
03 Sep 2013 

quelques liens antidépresseurs

il est raisonnable de penser que le prozac peut-être associé à 156.060 décès par suicide et 2 520 000 réactions indésirables
La vérité déprimante des antidépresseurs

déroxat / séroxat /paxil : la thalidomide de la santé mentale

plus de 3600 drames attribués aux antidepresseurs et a leurs sevrages
 
GSK savait que le Paxil pouvait causer des malformations à la naissance, mais ils ne dirent rien
 
POUR EN SAVOIR PLUS ET AGIR
 
SeroxatKillsBabies
 
ils sont à l'origine de dizaines d'assassinats, des milliers de psychoses et modifient l'esprit de millions d'utilisateurs
 
Une étude suédoise estime à 3% le taux de décès par effets indésirables des médicaments. Les antidépresseurs arrivent en troisième position
 
Le Cymbalta, antidépresseur actuellement sur le marché, était testé au cours d’une étude clinique de 6 semaines sur des sujets non dépressifs. Lors de l’étude, il y a eu 11 tentatives de suicide, et 4 suicides effectifs.
 
L’antidépresseur peut-il lui aussi induire un comportement violent à l’égard de soi ou d’autrui ?
Le risque de suicide est connu depuis quasiment toujours : pour des raisons probablement promotionnelles, on a voulu l’oublier avec les nouveaux antidépresseurs (type fluoxétine et apparentés), mais il a fallu se rendre à l’évidence et se rendre compte qu’ils n’étaient pas ces médicaments « miracles » que l’on avait célébrés depuis la fin des années 1980. Pour ce qui concerne la violence à l’égard des autres, l’une des plus récentes études disponibles[1] identifie plusieurs dizaines de médicaments hautement suspects, dans lesquels on retrouve certes des benzodiazépines : mais le risque de loin le plus net semble lié aux médicaments qui augmentent la disponibilité de la sérotonine ou de la dopamine au niveau du cerveau, à savoir et comme par hasard les nouveaux antidépresseurs (fluoxétine et apparentés) et, plus encore, la varénicline (sevrage tabagique).
Tous les massacres dans les écoles fait par des gens ont une chose en commun
 
Coalition des parents ayant enduré le Suicide
 
l'augmentation alarmante de patients se présentant Dans les salles d'urgence de l'Hôpital avec le syndrome sérotoninergique, UNE forme Potentiellement mortelle de la drogue déclenchée par l'empoisonnement par des antidépresseurs
 
"les adultes déprimés traités par la paroxétine peuvent être six fois plus susceptibles de présenter des comportements suicidaires que les adultes traités par le placebo."
 
Les recherches du Dr Healy, basées sur des données du fabricant du Prozac, Eli Lilly, l'ont mené à estimer que 50 000 personnes qui consommaient du Prozac se seraient peut-être suicidées depuis la lancée du produit,
 
LIST OF SOME OF THE CASES OF HOMICIDES AND ATTEMPTED HOMICIDES THAT HAVE OCCURRED ON SSRI, SNRI & OTHER ANTIDEPRESSANTS,
 
Les résultats de cette étude montrent que, chez les personnes de plus de 65 ans, le traitement par antidépresseur est significativement associée à un risque accru de mortalité à long terme, en particulier de causes cardiovasculaires.
 
200.000 personnes meurent chaque année des médicaments sur ordonnance, mais seulement 20.000 meurent à la suite de l'utilisation de drogues illégales
 
Le résultat aurait été le même si on leur avait donné un antidépresseur ISRS qui inhibe le métabolisme de la sérotonine. C’est un holocauste national.
 
Toute interruption abrupte du traitement ou diminution de la dose peut provoquer des symptômes graves ou même mortels
 
En juin 2001, un jury au Wyoming a déterminé que la drogue Paxil / déroxat, un antidépresseur a fait tuer un homme son épouse, sa fille et sa petite-fille avant de massacre lui-même. Le jury a attribué à la famille survivante $8 millions dans les dommage

"le déroxat est mortel, le déroxat n'aurait jamais dü est autorisé"
"Il ne doit pas être prescrit a de nouveaux utilisateurs et il devrait être interdit de vente. Il est défectueux et dangereux et il a détruit d'innombrables vies".

Suéde : les antidépresseurs en troisième position des médicaments pouvant provoquer des effets secondaires mortels 
Si les antidépresseurs arrivent en troisième position en Suède, les chiffres français doivent être astronomiques
Admin · 1068 vues · Laisser un commentaire
03 Sep 2013 

Victimes du syndrome de la guerre du Golfe

03 Sep 2013 

dépendance et sevrage des drogues psychiatriques

Ne JAMAIS stopper brusquement !

dépendance aux antidépresseurs
La dépendance et les symtômes de sevrage à l'égard des antidépresseurs a été reconnue depuis le début des années 1960.

sevrage des benzodiazépines
il ne faut jamais faire confiance à un médecin en matière de sevrage, pas plus qu'en matière de prescription d'ailleurs...

sevrage des antidépresseurs
il ne faut jamais faire confiance à un médecin en matière de sevrage, pas plus qu'en matière de prescription d'ailleurs...
03 Sep 2013 

La Fybromyalgie est reconnue officiellement comme une maladie en Belgique

03 Sep 2013 

La catastrophe des benzodiazépines et somnifères (extrait de http://lespilulesquituent.sosblog.fr)

le nombre de décès par année liés aux benzodiazépines est supérieurs à ceux de l'ensemble des cinq stupéfiants illégaux de catégorie A 'réunis

Hypnotiques : des décès et des cancers par milliers?
Les scientifiques retrouvent tout d’abord un excès de mortalité lié à la prise d’un hypnotique
: le risque de décès était effectivement multiplié par 3,6 chez les personnes ayant reçu au moins une prescription d’hypnotiques de 1 à 18 comprimés par an, par 4,4 pour 18 à 132 comprimés et par 5,30 pour plus de 132 comprimés par an, en comparaison à des patients n’ayant pas consommé d’hypnotique au cours de la période analysée (2,6 années). Ce risque existe quel que soit l’âge des consommateurs.  Le zolpidem et le temazepam multipliaient en moyenne ce risque par 5 : Pour le zolpidem, l’augmentation du risque de décès était multipliée entre 3,9 et 5,7, et entre 3,7 et 6,6 pour le témazépam.

émission crime sous tranquillisant
en vidéo

benzodiazépines : Cette affaire est une vraie bombe, mais les décideurs n’ont pas l’air de le réaliser…
Dans l’affaire du Mediator, on parle de 500 à 2000 morts en trente ans. Avec les benzodiazépines, du fait de la consommation forcenée dans la population âgée, c’est beaucoup plus.

1980 – Une femme a poignardé son mari à mort après avoir prescrit des doses de diazépam (Valium). Après avoir entendu les témoignages des médecins experts du professeur Michael Rawlins, que diazépam provoque des explosions agressives, le jury a acquitté complètement la défenderesse. Le professeur Michael Rawlins dit qu'il croyait que la tragédie [meurtre] a été probablement précipitée par la quantité excessive (30 mg) de diazépam dont le défendeur avait consommé dans la période précédente de douze heures avant le décès de son mari. »

Les somnifères peuvent être dangereux pour votre santé ou causer la mort par cancer, une maladie cardiaque ou d'autres maladies.
 
Un avertissement doit être publié au sujet d'un tranquillisant employé couramment Ativan (temesta), il a été demontré qu'il pouvait avoir un impact rare mais potentiellement mortel sur la respiration des patients.

la consommation de somnifères ou d'anxiolytiques  augmente le risque de mortalité de 36%
Un grand nombre d'hypothèses peuvent expliquer ce rapport de cause à effet. De tels médicaments affectent la rapidité de réaction, la vivacité en général et  la coordination de mouvements, ce qui peut conduire à des chutes et à d'autres accidents. Ils peuvent aussi troubler la respiration pendant le sommeil et inhiber le  système nerveux central, ce qui augmente le risque de suicide.
 
Au Québec, 80 % des personnes âgées consomment des benzodiazépines (Bzd):
 
mal-être, suicide, violence : quand les tranquillisants tont disjoncter
« Sur 200 hommes incarcérés, j’en ai vu 10 % qui l’étaient à cause de délits ou de crimes commis sous l’influence des benzodiazépines, soit purs, soit mélangés à de l’alcool. Dans les tueries familiales, les faits divers dramatiques… il y a souvent des tranquillisants ! »
"...benzodiazépines entraînent des symptômes de sevrage, elles conduisent à l'instabilité affective [et] ils semblent être associés à automutilation.... la baisse des taux de suicide en prison..nous avons cessé de prescrire des benzodiazépines en prison »
 
une femme qui avait été acquitté du meurtre de sa mère sur la défense qu'elle avait été incapable d'action volontaire, tandis qu'elle était sous l'influence de HALCION
 
MARILYN MONROE. ELVIS PRESLEY, Judy Garland. Howard Hughes, Anna Nicole Smith, HEATH LEDGER...
 
“En outre, ce que les usagers ne savent pas, c’est que l’abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement."

Comment expliquer que cette mère patiente et douce en soit arrivée à cet acte de folie ?
A la veille d’une formation professionnelle de deux jours, elle arrête son tranquillisant car elle a très peur de ne pas être dans son état normal
 
"Récemment, un jeune est mort d’avoir associé du Rohypnol à sa dose de Méthadone ... C’est le Rohypnol qui est dangereux ! "
 
Il est établi que l'exposition prénatale aux benzodiazépines peuvent être dangereux pour le nouveau-né
 
Selon la US Drug Enforcement Administration, des médicaments tels que le Valium et Vicodin causent maintenant plus de décès par surdose en Amérique que la cocaïne et l'héroïne réunies
 
L'alcool, benzos, et les opiacés : les sevrage qui pourraient vous tuer !
 
Klonopin , Valium, Xanax, Ativan : Casey Johnson, héritière du laboratoire pharmaceutique Johnson & Johnson a été retrouvé morte le 4 Janvier 2010
 
Son avocat depuis 15 ans, a évoqué «un arrêt cardiaque ou un abus de somnifères», que le comédien «avait l'habitude de prendre pour s'endormir».
 
Tous les tranquillisants et les analgésiques comme la morphine, sont connus pour affecter la «modes de respiration des patients, surtout s'ils sont pris à des doses excessives.
 

Entre 1990 et 1996 les drogues benzodiazépine ont causés 1.810 décès et les drogues de classe-Un cocaïne, héroïne et méthadone ont causé seulement 1.623 décès.

ces médicaments ont également été impliqués dans près d'un tiers de tous les décès par intoxication médicamenteuse entre 1998 et 2007

mal-être, suicide, violence : quand les tranquillisants tont disjoncter
« Sur 200 hommes incarcérés, j’en ai vu 10 % qui l’étaient à cause de délits ou de crimes commis sous l’influence des benzodiazépines, soit purs, soit mélangés à de l’alcool. Dans les tueries familiales, les faits divers dramatiques… il y a souvent des tranquillisants ! »

Comment expliquer que cette mère patiente et douce en soit arrivée à cet acte de folie ?
A la veille d’une formation professionnelle de deux jours, elle arrête son tranquillisant car elle a très peur de ne pas être dans son état normal
l'usage occasionnel de somnifères est associé à une augmentation de 8 % de la mortalité
« Le risque associé à la prise de somnifères trente fois par mois, écrit-il, est statistiquement équivalent à celui d'un ou deux paquets de cigarettes par jour ».

Des médicaments couramment prescrits pour dormir sont associés à un risque de décès plus de quatre fois plus élevé que celui de personnes qui n'en prennent pas
Selon une estimation, les hypnotiques pourraient en 2010 avoir été associés à 320 000 à 507 000 morts en excès aux seuls États-Unis
risque de cancer significativement plus élevé (35%), notent les auteurs
Admin · 1702 vues · Laisser un commentaire
03 Sep 2013 

informez vous avant de prendre des médicaments !



03 Sep 2013 

prescriptions pour la douleur : zoloft, suicide et homicide (anglais)

03 Sep 2013 

Non Aux Benzodiazépines et Somnifères


03 Sep 2013 

Les effets secondaires des ISRS : Ils constituent 30% des admissions dans une unité psychiatrique en milieu rural.

Effets secondaires des ISRS : Ils constituent 30% des admissions dans une unité psychiatrique en milieu rural.
Mais avec 6,5 millions d'ordonnances pour les ISRS sont publiées en Australie, les coûts en vies humaines et la morbidité sont importantes et elles sont affichées au Département de suicide de la santé, les tentatives de suicide et les statistiques d'admission
03 Sep 2013 

Traitements médicamenteux potentiellements mortels prescrits par les médecins

L'association des benzodiazépines à des traitements de substitution de l'héroïne à base de buprénorphine (Subutex(r)) ou de méthadone expose au risque de dépression respiratoire pouvant provoquer la mort.
Le problème étant le même avec tous les dérivés des opiacés sur odonnances : codéine...
MORTEL PRESCRIPTION de Oxycodone, Antalgique opiacé fort

augmentation des décès par surdose de médicaments délivrés sur ordonnance :
"ce que les usagers ne savent pas, c’est que l’abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement. Du fait de leur très grande puissance, certains stupéfiants de synthèse, disponibles sous forme de médicaments délivrés sur ordonnance, présentent même un risque de surdose plus élevé que l’abus de drogues illicites”

C’est un analgésique morphinique qui la particularité d’inhiber la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, ce qui modifie le tableau de l’intoxication (agitation, confusion, tachycardie, poussées hypertensives, convulsions).

Qu’est-ce que l’OxyContin
L’OxyContin contient de l’oxycodone, un opioïde comme la morphine, la codéine, l’héroïne et la méthadone. L’oxycodone se trouve également dans des médicaments tels que le Percocet, l’Oxycocet et l’Endocet.
Aider à mettre fin à l'abus, aux mauvais traitements et aux décès de Rx, les médicaments et les traitements à la méthadone

Les over-doses d'anti-douleurs tue en masse aux Etats-Unis
Les overdoses par antalgiques seraient responsables de près de 15.000 décès aux Etats-Unis en 2008 soit plus de 3 fois le nombre de décès constatés en 1999.

Est-il dangereux de mélanger Benzos et opiacés?
Que votre polymédication est par choix ou est médicalement prescrit, il est important d'être conscient des médicaments que vous utilisez et la façon dont ils interagissent les uns avec les autres.
Certaines combinaisons de médicaments peuvent être dangereux et même mortel. Mélange benzodiazépines et les opiacés peut être extrêmement dangereux. Les benzodiazépines et les opiacés sont des dépresseurs du système nerveux central. Lors de la prise à la fois une benzodiazepine, tels que le lorazépam, et un opiacé comme la morphine, les médicaments peuvent conduire à une dépression excessive du système nerveux, ce qui provoque une dépression respiratoire et finalement la mort.

L'utilisation concomitante d'opiacés, de benzodiazépines (BZD), et / ou de l'alcool pose un formidable défi pour les cliniciens qui gèrent la douleur chronique. Bien que l'utilisation croissante des analgésiques opioïdes pour le traitement de la douleur chronique et l'augmentation concomitante de l'abus et le mauvais usage liée aux opioïdes sont largement tendances, la contribution de l'utilisation de la combinaison des BZD, de l'alcool et / ou d'autres agents sédatifs reconnu à la morbidité liée aux opioïdes et la mortalité est sous-estimée, même lorsque ces agents sont utilisés de façon appropriée....

Benzodiazépines: tueurs silencieux
de nombreuses victimes

Les pilules qui tuent
antidépresseurs, benzodiazépines / somnifères, neuroleptiques....

"Récemment, un jeune est mort d’avoir associé du Rohypnol à sa dose de Méthadone
... C’est le Rohypnol qui est dangereux ! "

Il est clairement notifié dans les notices de ses médicaments qu'il ne faut pas associer le Subutex avec un benzodiazèpines (la Methadone non plus).
Le Séresta EST un benzodiazèpines
Le mélange de ces deux médicaments peut entraîner la mort par dépression respiratoire centrale (un arrêt respiratoire).
Je ne mets pas en cause les laboratoires qui fabriquent ses médicaments, au contraire, ils ont bien stipulé les contre-indications.
Non, je mets en cause le ou les médecins qui l'ont traité, qui lui ont prescrit ces médicaments, sachant leurs effets interactifs....
Mélanger le Sèresta et le Subutex PEUT entraîner une détresse respiratoire mortelle.
Pour moi ces médecins (qu'ils soient généralistes ou psy) sont responsables, pénalement responsable !!!
Je me battrais pour que ça n'arrive plus, pour qu'ils prennent leur responsabilité face à la loi, pour qu'ils réfléchissent avent de préconiser un traitement pouvant entraîner le décès de leur patient.
Je ne veux pas faire interdire les médicaments, je ne le pourrais pas de toute manière, certains en ont besoin.
Non, ce que je veux c'est que les médecins, les psy et l'autorité médicale prennent leurs responsabilités lorsqu'ils préconisent deux médicaments qui ne doivent pas être associés, qu'il réfléchisse AVANT de donner un traitement, qu'ils pensent aux conséquences sur la vie, la santé, tant physique que mentale, que peuvent avoir certains traitements, qu'ils arrête de faire rentrer les gens dans leurs petites cases.
Qu'ils soient Pénalement responsable lorsque un de leur traitement entraîne le décès d'un de leur patient, chose qui devrait se faire mais qui ne se fait pas vu qu'il est plus facile de cataloguer un décès aux médicament comme étant un suicide plutôt que j'accepter que c'est un traitement trop lourd et mettre en cause un médecin.
Responsable mais pas coupable ?
NON.
Qu'un garagiste fasse une erreur en réparant une voiture, erreur qui entraînerait le décès de son conducteur, il passerait au tribunal.
Qu'un électricien branche mal un circuit électrique, électrocutant un client, il serait jugé.
Qu'un maçon utilise le mauvais ciment pour construire une maison qui s'écroulerait sur ses habitants, et il finirait en prison

Aider à mettre fin à l’abus, aux mauvais traitements et aux décès de Rx, les médicaments et les traitements à la méthadone L’association des benzodiazépines à des traitements de substitution à l’héroïne à base de buprénorphine (Subutex®) ou de méthadone expose au risque de dépression respiratoire pouvant provoquer la mort Les symptômes du sevrage de la méthadone inclure des nausées, des vomissements, des convulsions, et l’insomnie, et peuvent durer pendant des semaines. Par ailleurs pas mal d’usagers prétendent arriver à décrocher "facilement" de leur héroïne quand ça devient quasi-impossible avec la métha et le subutex L’OxyContin contient de l’oxycodone, un opioïde comme la morphine, la codéine, l’héroïne et la méthadone. L’oxycodone se trouve également dans des médicaments tels que le Percocet, l’Oxycocet et l’Endocet C’est un analgésique morphinique qui la particularité d’inhiber la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline, ce qui modifie le tableau de l’intoxication (agitation, confusion, tachycardie, poussées hypertensives, convulsions).
Skénan, codéine, etc…
infirmier

Non Aux Benzodiazépines
NON aux benzodiazépines !

Mort de michael Jackson
Les examens toxicologiques ont permis de détecter des niveaux élevés de cet anesthésique, et la présence de benzodiazépines (somnifères ou calmants) qui ont aussi pu contribuer au décès.

le comédien australien Heath Ledger a été retrouvé mort à son domicile à l'âge de 28 ans. Les résultats des tests de toxicologie réalisés après sa mort permettent de conclure à une intoxication médicamenteuse fatale due à la prise combinée d'oxycodone, d'hydrocodone, de diazepam, de temazepam, d'alprazolam et de doxylamine. Le département de la Santé de New York a légitimement parlé d’« une mort accidentelle, résultant d'un abus médicamenteux».

Maintenant, pour la première fois, plus d'Américains meurent de la prescription des pilules, y compris dix médicaments très populaires
Près de neuf sur dix de ces intoxications ont été causées par une surdose de médicaments d'ordonnance, avec le principal coupable étant des analgésiques à base d'opiacés comme le Vicodin (hydrocodone), l'OxyContin et le Percocet (oxycodone), la codéine, la morphine et n'oublions pas Actiq (fentanyl ), la sucette de baies à saveur infâme qui est 100 fois plus puissant que la morphine et-comme la plupart des analgésiques opiacés-si surprescription que seulement environ 10% de ses ventes proviennent de son indication d'origine pour traiter la douleur cancéreuse.

oxycondin tue
Canada

parcétamol :
Première cause d'intoxication médicamenteuse en France.
...Une législation mise en place en raison du nombre important d'overdoses et du nombre grandissant de greffes de foie consécutifs à un empoissonnement au paracétamol....
Cette consommation de 4 grammes par jour doit rester exceptionnelle. Prolongée sur plusieurs jours, elle est aussi dangereuse qu'une prise massive en une seule fois, et peut provoquer une atteinte hépatique grave

03 Sep 2013 

antidepresseur : la molécule qui rend fou !

03 Sep 2013 

antidépresseurs : l'overdose ?

03 Sep 2013 

benzodiazépines, somnifères : c'est pire que l'héroine !






03 Sep 2013 

benzodiazepines, antidépresseurs : l'overdose !


Tranquillisants L'overdose 1/3 par nature-boy-79
Tranquillisants L'overdose 2/3 par nature-boy-79
Tranquillisants L'overdose 3/3 par nature-boy-79
03 Sep 2013 

Notre poison quotidien (ARTE)

03 Sep 2013 

Comment vos médicaments vous tuent

Hypertension artérielle: Il est ironique que un trouble fréquent qui est souvent traitée pharmacologiquement pise aussi être causée par d'autres médicaments. Cependant, il est vrai qu'il existe de nombreuses ordonnances qui provoquent une augmentation de la pression artérielle. Certains médicaments courants pour la fibromyalgie ainsi que médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS ou non-stéroïdiens anti-inflammatoires non stéroïdiens) et des corticostéroïdes peut causer l'hypertension. Hypertension artérielle non traitée peut conduire à une foule d'autres problèmes, tels que l'arrêt cardiaque, accident vasculaire cérébral et d'insuffisance rénale.

Pensées suicidaires: Malheureusement, il existe de nombreux médicaments qui peuvent conduire les gens à avoir des pensées suicidaires. Certains de ces médicaments sont utilisés pour traiter la fibromyalgie, la dépression, l'anxiété ou aider les gens à cesser de fumer. Malheureusement, les gens qui connaissent la dépression peut être prescrit un médicament qui rend simplement le pire, et - cela va sans dire - des pensées suicidaires peuvent souvent conduire au suicide.


Learn more:
Admin · 1673 vues · Laisser un commentaire
03 Sep 2013 

Les associations sont souvent financées par l'industrie pharmaceutique


Mediator : faut-il avoir peur des médicaments ? par LCP
03 Sep 2013 

"Les associations de patients sont quasiment toutes financées si ce n'est créées par les firmes"

Vous citez des contrats entre les labos et les associations de patients...
Les associations de patients sont quasiment toutes financées si ce n'est créées par les firmes, sauf les associations de victimes de médicaments, bien sûr. J'ai rencontré un ancien cadre de l'industrie Pharma dont le métier consistait justement à créer des associations de patients selon les pathologies ciblées par les labos. Même quand des règles sont mises en place, les industriels les contournent, c'est comme des cambrioleurs qui s'adaptent aux antivols.

Ces associations de malades liées aux labos
La Haute autorité de santé livre le nom des associations de malades les plus financées par les laboratoires pharmaceutiques.

convergence entre associations de patients et firmes pharmaceutiques
À degrés divers, des associations de patients sont soutenues ou
aidées financièrement par des firmes pharmaceutiques. Des brochures
d’associations de patients sont par exemple sponsorisées par des firmes
pharmaceutiques.

emprise financière de l’industrie sur la recherche et les soins
"L’industrie pharmaceutique finance les associations de patients et les groupes d’entraide existants ou en crée d’autres pour les instrumentaliser dans la promotion de tel médicament."

Les associations de patients complices des Labos
On sait depuis longtemps que les associations de patients ont besoin de disposer de moyens importants pour financer leur communication, leur démarches auprès des autorités de santé et, dans certains cas, des recherches ad hoc.
On sait aussi qu'en dehors de quelques grandes causes relayées par les médias (myopathie, sida), les dons individuels ne suffisent pas à assurer leur survie.
Et pourtant, certaines d'entre elles mènent grand train dans des locaux somptueux, leurs dirigeants se balladent en voiture de fonction, parfois avec chauffeur. Quant à leurs campagnes de recrutement de nouveaux adhérents, elles s'étalent en pleines pages dans les journaux, en affiches 4x4 dans le métro et en spots TV. Tout cela coûte cher, très cher...
Alors d'où vient l'argent ?
On le sait maintenant - au moins partiellement - grâce au document publié il y a quelques jours par la Haute Autorité de Santé. Ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui les financent... grassement.
Pour l'année 2011, la HAS a identifié des versements pour un montant global de 5,8 millions d'euros. Une paille...
Parmi les plus généreux donateurs on trouve le groupe Johnson & Johnson (650 000 euros), suivi parAbbott et GSK (300 000 euros chacun) et, plus loin, Bayer (150 000 euros).
Environ 350 associations de patients ont bénéficié de ces dons. En moyenne cela fait moins de 20 000 euros par association, cela paraît raisonnable. Mais on se rend compte que certaines associations de patients s'en tirent mieux que d'autres :
•L'association française des diabétiques a ainsi perçu plus de 500 000 euros en 2011
•L'association pour la lutte contre le psoriasis : 350 000 euros
•L'association Asthme & Allergies : 300 000 euros
•L'association française des hémophiles : 300 000 euros
Bien entendu, les donateurs sont d'autant plus généreux qu'ils commercialisent des traitements contre les maladies concernées.

"L’industrie pharmaceutique finance les associations de patients et les groupes d’entraide existants ou en crée d’autres pour les instrumentaliser dans la promotion de tel médicament."
03 Sep 2013 

témoignage victime des benzodiazépines

Bonjour aux victimes des benzodiazepines,
Juste besoin de témoigner.
Je ne résumerais pas le parcours de mon ami c'est bien trop long et bien trop compliqué, juste dire qu'il a été diagnostiqué dernièrement biolaire, sans doute parce que plus aucun médecin ne savait quoi dire, à savoir que le corps médical l'a simplement empoisonné à ces foutues DROGUES LEGALES.
Il faut savoir qu'aprés avoir pris pendant plus de vingt ans ces medicaments, il souffre aujourd'hui de terribles douleurs gastro-intestinales qui l'empêche tout simplement de vivre comme n'importe qui.
Il a eu des hauts et des bas (me direz-vous normal pour un bipolaire), c'est à bout de souffle, a force d'être balladé entre généralistes et psy, sans amélioration de son état de santé, qu'un jour il a décidé d'arreter tout traitement et donc toutes consultations. Cela pendant à peu près un an. Et finalement il allait bien, pas à 100/100, mais bien, jusqu'au jour où ces fameuses douleurs sont réaparues. Souffrances horribles, à ne plus pouvoir manger, ni même pouvoir se lever,et être obligé de rester alité toute la journée,ce qui à entrainé des decalage dans son sommeil, et donc de consulter de nouveau son médecin auquel il a résumé son chemin depuis ces un an.
Son médecin est le seul addictologue de notre ville, et donc ce matin pour seule et unique réponse mon ami s'est entendu dire "JE NE PEUX RIEN FAIRE POUR VOUS "....
Bien sûr l'histoire est bien plus complexe que cela en ce qui concerne son parcours médical.
Nous sommes complétement désespéré, qui va lui venir en aide? Que devons-nous faire maintenant?
Qui que vous soyez, si vous avez une piste sérieuse pour nous , pour lui , pour l'aider, le soulager enfin, merci de nous envoyer un message.
Je tiens à dire à toutes les personnes qui sont amenées à prendre ces saloperires méfiez-vous, renseignez vous bien avant de devenir dépendant de cette drogue qui est bien légale, j'insiste car lorsque vous avez plongé le nez dedans ,même à dose infime, c'est fini, vous ne pouvez plus vous en sortir.
Je prie également pour que toutes les persones qui sont victimes temoignent de leurs souffrances, car elles sont nombreuses et différentes pour tout le monde.
TEMOIGNEZ, ALERTEZ, il faut que quelque chose bouge dans ce domaine.Ne laissons plus nos proches etre empoissonnés encore et encore.
Bon courage à tous et toutes
03 Sep 2013 

médicaments, aluminuium et dérivés : Alzheimer, cancers, myofasciite à macrophages.....


Planète Alu - Planète Toxique by Radiopariman
03 Sep 2013 

post-sevrage benzodiazépine et douleurs de type fibromyalgie : témoignage

03 Sep 2013 

pour en parler et témoigner (nouveau)

27 Sep 2013 

Principes des addictions psychiatriques

Principes des addictions psychiatriques
...11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement.
Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. »
La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]]....

Les médicaments utilisés en psychiatrie nous font plus de mal que de bien
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d'une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d'utilisateurs de toxicomanes, à long terme

psychrights : « Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux . »

Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau
C’est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c’est complètement faux. Nous n’avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n’ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.

27 Sep 2013 

Nous sommes à peu près tous fous...

Tous fous ?
Une personne en deuil souffrirait de « dépression majeure » si elle n’arrive pas à surmonter son chagrin après deux semaines. Une personne très timide serait atteinte de « phobie sociale » et un enfant qui conteste les adultes et les règles, serait taxé de « trouble oppositionnel avec provocation».
Sommes-nous tous devenus fous ?



tous fous ?
En 60 ans, le nombre de troubles mentaux répertoriés dans le DSM, la « bible » des psychiatres, est passé de 60 à plus de 400 alors que la consommation de psychotropes a augmenté de 4 800 % aux États-Unis au cours des 26 dernières années. Or, cette épidémie de « maladies mentales » est très largement fabriquée, nous explique J.-Claude St-Onge dans cet essai sur l’influence démesurée de l’industrie pharmaceutique sur la psychiatrie.
Tous fous ? cible les thèses de la biopsychiatrie, selon lesquelles la détresse psychologique résulterait d’un déséquilibre chimique dans le cerveau, sans égard au contexte social et personnel des patients. L’auteur remet en question la prescription massive d’antidépresseurs et d’antipsychotiques aux effets sous-estimés et souvent dévastateurs : anxiété, pensées suicidaires, diabète, AVC, atrophie du cerveau…
Mais l’exploitation du mal-être est extrêmement lucrative et les compagnies pharmaceutiques sont prêtes à tout pour satisfaire l’appétit insatiable de leurs actionnaires : médicalisation des évènements courants de la vie, essais cliniques biaisés, corruption des médecins, intimidation des chercheurs… Même les amendes salées contre ces agissements ne les font pas reculer.
27 Sep 2013 

Les psychotropes sont la cause de la plupart des maladies mentales

Gaia Health Blog, Heidi Stevenson, 30 octobre 2011


Tout d'abord, quelques faits :

- Jusqu'à l'avènement des médicaments psychiatriques de Big Pharma, la plupart des gens qui souffraient d'un épisode psychotique (schizophrénie) guérissaient.

- Jusqu'à l’arrivée du Lithium, le trouble maniacodépressif était si rare qu’à peine une personne sur cinq à dix mille en était atteinte, et presque toutes se rétablissaient. De nos jours, un Zunien sur 20 à 50 est diagnostiqué de cela et drogué pour. C’est désormais considéré comme une affection permanente.

- En 2007, le nombre d'enfants handicapés mentaux était 35 fois plus élevé que le nombre de 1990.

- Jusqu’à ce que les gens soient drogués pour la schizophrénie, leur espérance de vie était identique à celle des autres. De nos jours, toute personne diagnostiquée peut s’attendre à voir son espérance de vie réduite de 25 ans. Cela signifie qu’un homme qui aurait pu espérer avoir une durée de vie typique, aujourd'hui de 78 ans en Zunie, est susceptible de vivre seulement 53 ans s'il est traité avec des antipsychotiques.


Ce sont des faits abasourdissants, mais ils sont tous fidèlement et minutieusement confirmés dans le brillant ouvrage de Robert Whitaker, Anatomy of an Epidemic [Anatomie d'une épidémie] (1), ainsi que dans plusieurs livres du docteur Peter Breggin. Ce problème me touche directement. Il m’a été difficile d'écrire sur ce sujet, car la personne atteinte n'est pas moi, mais quelqu'un bien-aimé, qui a été changé par Big Pharma, la psychiatrie et la médecine moderne.


Mais ce qui arrive aux gens doit être dit, surtout maintenant, pour nos enfants. Bien trop de vies sont totalement brisées par des traitements médicaux qui, à mon avis, peuvent être seulement qualifiés de malveillants.



Vérité sur les drogues psychiatriques


La psychiatrie s’est ingéniée à se faire passer pour une vraie médecine, à l'instar des autres professions médicales, comme la gastro-entérologie et la neurologie. Pour parvenir à cet objectif, la décision fut prise de soutenir que la maladie mentale a des causes physiques et est soignable avec des médicaments. L'American Psychiatric Association (APA), le National Institute for Mental Health (NIMH), et la National Alliance for the Mentally Ill (NAMI), s’associèrent avec Big Pharma pour convaincre le monde que le haut est en bas et que le noir est blanc.


En dépit du manque absolu de preuve, ils affirmèrent que les gens souffrent de problèmes mentaux parce qu'ils ont le cerveau malade – leur cerveau détraqué souffre de déséquilibres chimiques. Des années et des années de recherches, certaines brillantes, tentèrent de prouver que le cerveau des malades est à l'origine des troubles mentaux. Ils ne purent jamais le faire, mais ça ne fit aucune différence. Les études prouvant le contraire furent manipulées pour donner l'impression qu'elles montraient des différences physiques ou chimiques dans le cerveau des gens atteints de maladies mentales.


Ce n'était rien d'autre qu'un mensonge. Il n'y avait pas une once de vérité. Pas le moindre indice ne montrait que les gens avaient une anomalie cérébrale lors des premiers diagnostics de maladie mentale. Il importait peu que le diagnostic soit dépression, psychose maniacodépressive, schizophrénie, ou la foule de nouveaux diagnostics dont il fut fait étalage comme excuses pour prescrire des psychotropes.


Seulement, à présent, il y a du vrai en cela. C’est la véritable tragédie du crime de la psychiatrie : Aujourd'hui, dès que les gens commencent à prendre des psychotropes, le mensonge initial devient vérité. Les drogues endommagent le cerveau, et tout indique que c'est permanent. Ces dommages cérébraux donnent d’authentiques troubles du cerveau, qui engendrent ces mêmes symptômes pour lesquels les drogues sont prescrites.


La psychiatrie est à l'origine de l’immense majorité des maladies mentales.


L'ampleur de cet holocauste iatrogène, médicalement induit, était quasi-inconcevable avant que Big Pharma et la psychiatrie ne décident de s'en prendre aux enfants. Aujourd’hui, nous ne savons pas encore exactement le degré de calamité cela atteindra. Si l'on considère les énormes dommages fait au cerveau adulte, que doit-il arriver au cerveau des enfants ? De combien sera réduite leur vie, après que sa qualité ait été quasiment détruite ?



Maniaco-dépression : Antidépresseurs et antipsychotiques


La psychose maniacodépressive est un excellent exemple des changements dans le cours naturel perçu de la maladie mentale. Il y a exactement 50 ans, avec à peine un cas sur cinq à vingt mille personnes, la psychose maniacodépressive était extrêmement rare. La plupart des victimes, vraisemblablement pas moins de 80%, connaissaient un seul incident et retournaient à la vie normale. Or, aujourd’hui, pas moins d’un individu sur 20 à 50 est diagnostiqué maniacodépressif, et, comme Whitaker le démontre clairement dans Anatomy of an Epidemic, la seule explication possible implique l’action des drogues données pour la dépression et la psychose. Le pronostic désormais avancé pour la psychose maniacodépressive, c’est qu'elle est permanente. Les psychiatres ne donnent généralement pas l’espoir d'y échapper !


Considérez que les enfants sont maintenant livrés à cette magouille de drogue mentale. De combien sera réduite leur vie, et dans quel état la passeront-ils ? Merci aux semblables du Dr Joseph Biederman, qui, selon Whitaker, « ont spécifié le cadre du diagnostic qui a rendu possible [le diagnostic des enfants atteints de psychose maniacodépressive]. » Nous avons un très grand nombre d'enfants diagnostiqués à tort, puis droguée avec les psychotropes les plus puissants et nocifs imaginables – et pire, avec des cocktails de ces drogues.


Ces enfants deviennent inévitablement de plus en plus malades. Parfois à peine à l’âge de deux ans, à cause d'un diagnostic bidon, leur vie est brisée. Ils deviennent juste du fourrage pour l’industrie mercantile du gros business pharmaceutique et médical.


La psychiatrie couvre bien sûr d’une manière retorse ce qu'elle fait à ces enfants. Ils changent simplement la description de l'évolution naturelle de la « maladie » qu'ils ont définie. Au lieu de reconnaître que la plupart des gens se rétablissent, ils disent à présent qu'il n'y a aucun espoir de guérison. Ils disent maintenant naturel ce qu'ils ont créé.


Voilà le vrai terrorisme. Le système médical moderne a décidé que les gens qu'il est censé servir sont sans valeur, que leur but est de servir de pâture à l'insatiable machine à produire des bénéfices qu'il est devenu.



Référence


(1) Anatomy of an Epidemic, de Robert Whitaker, publication de Broadway Paperbacks, Crown Publishing Group, 2010, pp 172-204.



Original : gaia-health.com/gaia-blog/2011-10-30/psychoactive-drugs-are-the-cause-of-most-mental-illness/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard